Billets d'humeur

Pour un pot de confiture…

20-08-2017

 

En regardant ce pot de confiture rempli de petite monnaie ce matin, je me suis posé trois questions toutes simples :

  1. Depuis combien de temps le remplis-tu ?
  2. Avec quoi ?
  3. Combien y-a-t-il dedans ?

Ça fait à peu près un an que je vide mes poches régulièrement dans ce pot avec les pièces de monnaie que je n’utilise pas. En effet, aujourd’hui chaque dépense est réglée par virement, prélèvement, carte bancaire, donc finalement très peu en liquide. Mes retraits aux distributeurs ne sont d’ailleurs qu’une vieille habitude due aux conseils de ma chère maman : « ne sors jamais sans argent sur toi ».

Aujourd’hui, j’ai en poche un minuscule porte-carte qui contient :

  • 2 Cartes bancaires
  • Ma carte vitale
  • Mon permis de conduire (j’adore ce nouveau format, à quand la carte d’identité ?)

Au centre de ce micro sac à main pour homme, quelques tickets restaurant que j’oublie tout le temps d’utiliser et le fameux billet de 50€ « au cas où ».

Lorsque le « cas où » se présente, je me retrouve avec quelques pièces de monnaies dans mes poches qui finissent soit dans le cendrier de la voiture, et qui servent de complément monétaire au fameux ticket restaurant lorsque je passe au drive de mon fast-food préféré, soit dans ce fameux pot de confiture objet qui lui-même a suscité cet article.

 

Et là me reviennent deux citations concernant les gens qui souhaitent être riches.

La première est de Sacha Guitry (Mémoires d'un tricheur -1935) « Etre riche ce n'est pas avoir de l'argent, c'est en dépenser. » Pourquoi pas, après tout la vraie richesse ne se calcule pas au montant en valeur absolue, mais justement quand on ne calcule pas du tout ce qui reste à la fin de mois.

 

La deuxième est plus intéressante et tournée par plusieurs personnes de façon différente. « On devient plus riche en limitant ses besoins qu'en augmentant sa fortune. » (Citation de Jean-Napoléon Vernier ; Fables, pensées et poésies -1865) qu’on pourrait résumer par ce cruel dilemme, est-ce qu’on est riche parce qu’on est pingre ou est-on pingre parce qu’on est riche ?

Pensez à chaque fois que vous avez dépensé ces quelques euros de façon complètement inutile, payé trop cher une chose en vous disant que vous n’êtes pas à un euro près ou encore pas comparé les prix en recherchant une chose de faible valeur pour les mêmes raisons.

 

Tous ces centimes d’euros, font des euros, des dizaines d’euros et pour finir, des centaines d’euros, que vous multipliez par des années… et là !

 

Alors vous allez me dire que ça fait partie des petits plaisirs de la vie, que si on commence à tout compter on va se pourrir l’existence et ne plus « profiter », mais en fait, posez-vous la question de l’équilibre entre ces « petits plaisirs » et la notion de stress en fin de mois ou la sensation de privation lorsque vous ne pouvez finalement pas vous offrir ce qui vous fait vraiment envie… pire, ce dont vous avez vraiment besoin.

 

Une des réponses qu’il manque aux trois questions posées plus haut est donc : « mais enfin, combien y-a-t-il dans ce fameux pot ? » la réponse est : 93,56€.

Si peu ? en un an ? tout ça pour ça ?

 

Je vous répondrais que j’aurais obtenu la même somme en intérêts en épargnant 12.475,00 € pendant un an sur un livret A ou un LDD, ce que je n’ai pas fait.

Je vous répondrais également que pendant les 6 prochains mois je pourrais utiliser cette somme pour payer mon abonnement Free Mobile, mais c’est prélevé automatiquement

Je vous répondrais surtout que si durant l’année 2017 j’avais appliqué tous les principes évoqués plus haut, cette somme serait certainement multipliée par 3,4 voire 5 et que finalement ce nouveau lave-linge que je viens de changer ne m’aurait pas couté un centime.

 

Posez-vous la question concernant :

  • Votre budget cigarette à l’année ? En moyenne 2263€ par fumeur par an – soit à peu près deux SMIC par an. (Et vous, vous gagnez combien ?)
  • Votre budget loto/euro million/grattage à l’année ? L’observatoire des jeux estime à 301€ par an le budget dépensé aux jeux par ménage par an soit près de 10% des dépenses nettes liées aux loisirs (vacances, ciné, etc…)
  • Je ne parle pas du Pop-corn que l’on achète 100 fois son prix au cinéma, du paquet de chewing-gum sur la station d’autoroute, des achat inutiles en supermarché lorsque l’on fait les courses parce qu’on a faim et du café qu’on prend au resto avant de rentrer au bureau et de s’offrir le même une seconde fois, parce que celui-là… on ne le paye pas.

Alors faites l’expérience, prenez plaisir à calculer vos « petites » économies et discutons-en ensemble…

 

A vous de jouer.

 

Philippe

Commentaires

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Aucune entrée disponible
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Grebot - PGR 2017